Ressources de WIMS en relation avec les programmes

Mathématiques Première technologique

Dernière mise à jour le 05/06/2020 (Euler Versailles)
Texte créé à partir du document :
programmes d'enseignement — BO spécial n°1 du 22 janvier 2019
Ressources complémentaires : Euler Versailles

Intentions majeures

Le programme de mathématiques commun à tous les élèves des classes de première de la voie technologique est conçu avec les intentions suivantes :

Lignes directrices pour l’enseignement

L’enseignement des mathématiques participe à la formation générale des élèves en contribuant au développement d’attitudes propices à la poursuite d’études. Parmi elles, peuvent notamment être mentionnés, la persévérance dans la recherche d’une solution, l’esprit critique, le souci d’argumenter sa pensée par un raisonnement logique, la qualité d’expression écrite et orale, l'esprit de collaboration dans un travail d’équipe…La résolution d'exercices et de problèmes, individuellement ou en groupe, l’organisation de réflexions et d’échanges scientifiques pour valider un résultat ou une méthode sont des occasions fécondes pour développer ces attitudes indispensables à la formation de chaque individu dans ses dimensions personnelle et professionnelle, sans omettre la responsabilité du citoyen.L’activité mathématique contribue à développer les six compétences mentionnées ci-dessous :Ces compétences sont plus ou moins mobilisées selon les activités proposées aux élèves et il convient de diversifier les situations afin de les développer toutes. Au-delà de ces compétences disciplinaires, l’enseignement des mathématiques contribue à développer des aptitudes transversales, notamment l’abstraction, qui sont essentielles pour la poursuite d’études supérieures.La mise en oeuvre du programme permet aux élèves d’acquérir des connaissances, des méthodes et des démarches spécifiques. En lien avec les contenus étudiés, elles sont mobilisées et articulées les unes aux autres dans des activités riches et variées où le sens des concepts et les techniques liées à leur application sont régulièrement mis en relation, chacun venant éclairer et consolider l’autre. La diversité des activités concerne aussi bien les contextes (internes aux mathématiques ou liés à des situations issues de la vie quotidienne ou d’autres disciplines) que les types de tâches proposées : « questions flash » pour favoriser l’acquisition d’automatismes, exercices d’application et d’entraînement pour stabiliser et consolider les connaissances, exercices et problèmes favorisant les prises d’initiatives, mises au point collectives d’une solution, productions d’écrits individuels ou collectifs…Les modalités d’évaluation prennent également des formes variées, en adéquation avec les objectifs poursuivis. L’aptitude à mobiliser l’outil informatique dans le cadre de la résolution de problèmes doit tout particulièrement être évaluée.Le passage à l’abstraction mathématique peut présenter des difficultés pour certains élèves. Il importe donc de veiller au caractère progressif et actif des apprentissages. Les nouveaux concepts gagnent à être introduits par un questionnement ou un problème qui conduit à des conjectures et donne sens à leur formalisation abstraite. Le recours à des logiciels de calcul, de géométrie dynamique ou la pratique de la programmation facilitent cette approche inductive. Pour assurer la stabilité et la pérennité des apprentissages, les concepts sont ensuite mis en oeuvre dans des exercices et des problèmes qui permettent de les consolider et d’en montrer la portée.Au-delà du cours de mathématiques, l’élève consolide sa compréhension des notions enseignées en les mobilisant dans des situations issues des autres disciplines de sa filière. Le professeur de mathématiques est invité à travailler avec les professeurs des disciplines concernées pour identifier des situations propices à la contextualisation de son enseignement et pour harmoniser les notations et le vocabulaire. Cela favorise les articulations, facilite les transferts et renforce ainsi les acquis des élèves.Le professeur veille à montrer que les mathématiques sont vivantes et en perpétuelle évolution, qu’elles s’inscrivent dans un cadre historique mais aussi dans la société actuelle. Il s’agit par exemple :Le développement d’un mode de pensée numérique est aujourd’hui constitutif de la formation mathématique. Il ne s’agit plus seulement d’utiliser des outils numériques (calculatrices, logiciels de géométrie…) pour l’enseignement mais d’intégrer à l’enseignement des mathématiques une composante informatique qui recouvre l’algorithmique, la programmation et la pratique du tableur.Cette dimension s’inscrit de manière transversale dans le cours de mathématiques et repose sur la connaissance d’un nombre limité d’éléments de syntaxe et de fonctions spécifiques à l’outil utilisé (langage Python, tableur). Cela suppose, d’une part, un enseignement explicite par le professeur, d’autre part, une pratique effective et régulière des élèves.Tout au long du cycle terminal, les élèves sont amenés à :Parallèlement, l’utilisation de logiciels pédagogiques, notamment ceux de géométrie dynamique, enrichit le cours de mathématiques d’illustrations ou de simulations propices à l’appropriation des concepts.La résolution de problèmes est centrale dans l’activité mathématique car elle offre un cadre privilégié pour travailler, mobiliser et combiner les six compétences mathématiques tout en développant des aptitudes transversales. Toutefois, pour résoudre des problèmes, il faut être en capacité de prendre des initiatives, d’imaginer des pistes de solution et de s’y engager sans s’égarer. Pour cela, on procède souvent par analogie, en rattachant une situation particulière à une classe plus générale de problèmes ou en adaptant une méthode connue à la situation étudiée. La disponibilité d'esprit nécessaire à ces étapes essentielles suppose des connaissances, des procédures et des stratégies immédiatement mobilisables, c’est-à-dire automatisées. L’acquisition de ces automatismes est favorisée par la mise en place, dans la durée et sous la conduite du professeur, d’activités rituelles. Il ne s’agit pas de réduire les mathématiques à des activités répétitives, mais de permettre un ancrage solide des fondamentaux, afin de pouvoir les mobiliser en situation de résolution de problèmes.Parallèlement à l’ancrage de notions incontournables, les activités visant l’acquisition d'automatismes fournissent des conditions de réussite rapide et mettent l’élève en confiance pour s’engager dans la résolution de problèmes.Les étapes de verbalisation et de reformulation jouent un rôle majeur dans l’appropriation des notions mathématiques et la résolution des problèmes. Comme toutes les disciplines, les mathématiques contribuent au développement des compétences orales notamment à travers la pratique de l’argumentation. Celle-ci conduit à préciser sa pensée et à expliciter son raisonnement de manière à convaincre. Elle permet à chacun de faire évoluer sa pensée, jusqu’à la remettre en cause si nécessaire, pour accéder progressivement à la vérité par la preuve. Des situations variées se prêtent à la pratique de l’oral en mathématiques : la reformulation par l’élève d’un énoncé ou d’une démarche, les échanges interactifs lors de la construction du cours, les mises en commun après un temps de recherche, les corrections d’exercices, les travaux de groupe, les exposés individuels ou à plusieurs... L’oral mathématique mobilise à la fois le langage naturel et le langage symbolique dans ses différents registres (graphiques, formules, calculs).Disposer d’une trace de cours claire, explicite et structurée est une aide essentielle à l’apprentissage des mathématiques. Faisant suite aux étapes importantes de recherche, d’appropriation individuelle ou collective, de présentation commentée, la trace écrite récapitule de façon organisée les connaissances, les méthodes et les stratégies étudiées en classe. Explicitant les liens entre les différentes notions ainsi que leurs objectifs, éventuellement enrichie par des exemples ou des schémas, elle constitue pour l’élève une véritable référence vers laquelle il peut se tourner autant que de besoin, tout au long du cycle terminal. Sa consultation régulière (notamment au moment de la recherche d’exercices et de problèmes, sous la conduite du professeur ou en autonomie) favorise à la fois la mémorisation et le développement de compétences. Le professeur doit avoir le souci de la bonne qualité (mathématique et rédactionnelle) des traces écrites figurant au tableau et dans les cahiers d’élèves. En particulier, il est essentiel de bien distinguer le statut des énoncés (conjecture, définition, propriété - admise ou démontrée -, démonstration, théorème).Si la classe est le lieu privilégié pour la mise en activité mathématique des élèves, les travaux hors du temps scolaire sont indispensables pour consolider les apprentissages. Fréquents, de longueur raisonnable et de nature variée, ces travaux sont essentiels à la formation des élèves. Individuels ou en groupe, évalués à l’écrit ou à l’oral, ces travaux sont conçus de façon à prendre en compte la diversité des élèves et visent la mémorisation, la maîtrise des savoir-faire, le réinvestissement de démarches ou méthodes.L’enseignement commun de mathématiques est complété, pour les élèves des séries STI2D et STL, par un enseignement de spécialité intitulé « Physique-chimie et mathématiques ». Il convient pour le professeur de mathématiques d’inscrire ces deux composantes de la formation en cohérence et en résonance afin de bien préparer les élèves aux démarches mathématiques indispensables à la poursuite et à la réussite d’études scientifiques et technologiques. Cela recouvre aussi bien le choix des supports pour la contextualisation des mathématiques ou pour la modélisation du réel que la pratique de raisonnements faisant appel à l'abstraction. Une étroite collaboration s’impose avec le professeur de physique-chimie.

Organisation du programme

Le programme est organisé en trois parties transversales (vocabulaire ensembliste et logique ; algorithmique et programmation ; automatismes) et en deux parties thématiques :Pour la série STD2A, la partie « algorithmique et programmation » est remplacée par une partie « activités géométriques », en raison, d’une part, de la nature spécifique de la spécialité « design et arts appliqués » qui requiert une vision géométrique et, d’autre part, de l’enseignement « outils et langages numériques » qui développe des capacités d’algorithmique et de programmation analogues à celles du programme de mathématiques.Les parties transversales recensent les capacités attendues qui doivent être travaillées tout au long du cycle terminal, sous forme de rituels ou d’activités intégrées aux enseignements d’analyse et de statistiques et probabilités. Reposant essentiellement sur des notions étudiées dans les classes précédentes, elles ne donnent pas lieu à des chapitres de cours spécifiques mais font cependant l’objet d’un enseignement explicite.Les parties « analyse » et « statistiques et probabilités » sont organisées en quatre rubriques :La dernière rubrique (qui ne concerne pas la série STD2A) identifie un nombre limité de situations qui doivent toutes faire l’objet d’un travail spécifique utilisant le langage Python ou le tableur. Le professeur s’attache à proposer ces deux modalités afin qu’en fin d’année les élèves aient acquis les capacités attendues en algorithmique et en programmation.

Vocabulaire ensembliste et logique

Les élèves doivent connaître les notions d’élément d’un ensemble, de sous-ensemble, d’appartenance et d’inclusion, de réunion, d’intersection et de complémentaire et savoir utiliser les symboles de base correspondants : , ,, ainsi que la notation des ensembles de nombres et des intervalles. Pour le complémentaire d’un sous-ensemble A de E, on utilise la notation A¯ des probabilités, ou la notation E\A si on souhaite préciser l’ensemble contenant. Pour ce qui concerne le raisonnement logique, les élèves s’exercent :
  • à utiliser correctement les connecteurs logiques « et », « ou » ;
  • à identifier le statut d’une égalité (identité, équation) et celui de la ou des lettres utilisées (variable, indéterminée, inconnue, paramètre) ;
  • à utiliser un contre-exemple pour infirmer une proposition universelle ;
  • à distinguer une proposition de sa réciproque ;
  • à utiliser à bon escient les expressions « condition nécessaire », « condition suffisante », « équivalence logique ».

Commentaires ou autres

  • La construction de conditions logiques en algorithmique à l’aide des opérateurs ET, OU, NON et la création de filtres en analyse de données sont l’occasion de travailler la logique.
  • Dans le cours de mathématiques, le professeur est attentif à expliciter la nature des raisonnements conduits (raisonnement par disjonction des cas, recours à la contraposée, raisonnement par l’absurde) ainsi que les quantificateurs à l’œuvre, en langage naturel et sans formalisme.

Algorithmique et programmation (sauf série STD2A)

La pratique de l’algorithmique et de la programmation se poursuit au cycle terminal. En continuité avec la classe de seconde, le langage utilisé est Python. Le programme vise la consolidation des notions de variable, d’instruction conditionnelle et de boucle ainsi que l’utilisation des fonctions. La seule notion nouvelle est celle de liste qui trouve naturellement sa place dans de nombreuses parties du programme et aide à la compréhension de notions mathématiques telles que les suites numériques, les tableaux de valeurs, les séries statistiques...

Capacités attendues

  • Analyser et construire des polygones réguliers à l’aide d’un motif élémentaire et de transformations du plan.
  • Calculer des distances, des angles, des aires et des périmètres associés aux polygones réguliers.
  • Créer une figure à partir d’un motif élémentaire par répétition d’une ou de deux transformations simples.
  • Analyser une frise ou pavage et en rechercher un motif élémentaire.

Commentaires ou autres

  • Selon les cas, le motif élémentaire d’une frise ou d’un pavage peut être pris sous la forme d’un triangle rectangle ou isocèle, d’un parallélogramme ou d’un rectangle.
  • La classification des types de frises ou de pavages n’est pas un attendu du programme.
  • Dans le cadre de raccordements faisant intervenir un arc de cercle, on exploite la notion géométrique de tangente à un cercle.

Activités géométriques (uniquement pour la série STD2A)

Présentation

Cette partie du programme vise essentiellement à entretenir une pratique et une vision géométriques en lien avec la spécialité « design et arts appliqués ». Il s’agit moins d’une étude abstraite et académique de la géométrie que d’un dialogue entre observation, analyse et création artistique. Les activités proposées gagnent à être mises en lien avec la partie modélisation 3D de l’enseignement « outils et langages numériques ». Les quelques notions nouvelles qui figurent au programme sont introduites uniquement en vue d’être mobilisées dans des activités portant sur des situations concrètes et variées : motifs réguliers sur des tissus, rosaces, mosaïques, objets décoratifs, structures architecturales… Le professeur peut aborder d’autres notions si la situation étudiée le nécessite.

Géométrie plane

Contenus

Figures régulières :
  • exemples de polygones réguliers ;
  • exemples de frises ou de pavages.

Capacités attendues

  • Analyser et construire des polygones réguliers à l’aide d’un motif élémentaire et de transformations du plan.
  • Calculer des distances, des angles, des aires et des périmètres associés aux polygones réguliers.
  • Créer une figure à partir d’un motif élémentaire par répétition d’une ou de deux transformations simples.
  • Analyser une frise ou pavage et en rechercher un motif élémentaire.

Commentaires ou autres

  • Selon les cas, le motif élémentaire d’une frise ou d’un pavage peut être pris sous la forme d’un triangle rectangle ou isocèle, d’un parallélogramme ou d’un rectangle.
  • La classification des types de frises ou de pavages n’est pas un attendu du programme.
  • Dans le cadre de raccordements faisant intervenir un arc de cercle, on exploite la notion géométrique de tangente à un cercle.

Géométrie dans l’espace

Contenus

Repérage :
  • coordonnées d’un point dans un repère orthonormal de l’espace ;
  • distance entre deux points.
Perspective cavalière :
  • projection sur un plan parallèlement à une droite ;
  • propriétés conservées (milieux, contacts, rapports de longueurs) et non conservées (longueurs, angles) par une projection parallèle.
Solides :
  • cylindres de révolution ;
  • sections planes d’un cube ;
  • sections planes d’un cylindre de révolution ; ellipses.

Capacités attendues

  • Utiliser la représentation en perspective cavalière d’un quadrillage ou d’un cube pour représenter d’autres objets.
  • Représenter en perspective ou en vraie grandeur des sections planes.
  • Construire des sections planes de cubes et de cylindres de révolution.
  • Construire un parallélogramme circonscrit à une ellipse.
  • Construire l’image perspective d’un cercle à partir d’un carré circonscrit au cercle.

Automatismes

Cette partie du programme vise à construire et à entretenir des habiletés dans les domaines du calcul, de l’information chiffrée et des représentations graphiques. Il s’agit d'automatiser le recours à des connaissances, des procédures, des méthodes et des stratégies dont l'insuffisante maîtrise fait obstacle à la réussite scolaire en mathématiques et dans les autres disciplines, compromet la réussite d'études supérieures et peut constituer un handicap dans la vie sociale. Plus les élèves sont à l’aise avec ces automatismes, plus ils sont mis en confiance et en réussite dans l’apprentissage des mathématiques. Ce faisant, ils développent également leur esprit critique par une meilleure maîtrise des chiffres et du calcul et une meilleure lecture et compréhension des représentations de données dont les graphiques. Les capacités attendues énoncées ci-dessous n’ont pas vocation à faire l’objet d’un chapitre d’enseignement spécifique car les notions qui les sous-tendent ont été travaillées dans les classes antérieures. Elles relèvent d’un entraînement régulier sur l’ensemble du cycle terminal, par exemple lors de rituels de début de séance, sous forme de « questions flash » privilégiant l'activité mentale. Les différents thèmes proposés doivent être travaillés tout au long des deux années et la présentation par blocs thématiques ne signifie pas, bien au contraire, qu’il faille les aborder les uns après les autres. Les modalités de mise en œuvre doivent être variées et prendre appui sur différents supports : à l’oral, à l’écrit, individuellement ou en groupe, utilisant des outils numériques de vidéoprojection, de recensement instantané des réponses...

Capacités attendues

Proportions et pourcentages :
  • calculer, appliquer, exprimer une proportion sous différentes formes (décimale, fractionnaire, pourcentage) ;
  • calculer la proportion d’une proportion.
Évolutions et variations :
  • passer d’une formulation additive (« augmenter de 5 % », respectivement « diminuer de 5 % ») à une formulation multiplicative (« multiplier par 1,05 », respectivement « multiplier par 0,95 ») ;
  • appliquer un taux d’évolution pour calculer une valeur finale ou initiale ;
  • calculer un taux d’évolution, l’exprimer en pourcentage ;
  • interpréter un indice de base 100 ; calculer un indice ; calculer le taux d’évolution entre deux valeurs ;
  • calculer le taux d’évolution équivalent à plusieurs évolutions successives ;
  • calculer un taux d’évolution réciproque.
Calcul numérique et algébrique :
  • effectuer des opérations et des comparaisons entre des fractions simples ;
  • effectuer des opérations sur les puissances ;
  • passer d’une écriture d’un nombre à une autre (décimale, fractionnaire, scientifique) ;
  • estimer un ordre de grandeur ;
  • effectuer des conversions d’unités ;
  • résoudre une équation ou une inéquation du premier degré, une équation du type : x 2=a ;
  • déterminer le signe d’une expression du premier degré, d’une expression factorisée du second degré ;
  • isoler une variable dans une égalité ou une inégalité qui en comporte plusieurs sur des exemples internes aux mathématiques ou issus des autres disciplines ;
  • effectuer une application numérique d’une formule (notamment pour les formules utilisées dans les autres disciplines) ;
  • développer, factoriser, réduire une expression algébrique simple.
Fonctions et représentations :
  • déterminer graphiquement des images et des antécédents ;
  • résoudre graphiquement une équation, une inéquation du type : f(x)=k, f(x)<k… ;
  • déterminer graphiquement le signe d’une fonction ou son tableau de variations ;
  • exploiter une équation de courbe (appartenance d’un point, calcul de coordonnées) ;
  • tracer une droite donnée par son équation réduite ou par un point et son coefficient directeur ;
  • lire graphiquement l’équation réduite d’une droite ;
  • déterminer l’équation réduite d’une droite à partir des coordonnées de deux de ses points.
Représentations graphiques de données chiffrées :
  • lire un graphique, un histogramme, un diagramme en barres ou circulaire, un diagramme en boîte ou toute autre représentation (repérer l’origine du repère, les unités de graduations ou les échelles…) ;
  • passer du graphique aux données et vice-versa.

Analyse

Présentation

Le programme d’analyse permet à la fois de conforter l’acquisition de connaissances et de méthodes déjà étudiées (fonctions et problèmes du premier degré, fonctions carré et cube) et d’introduire des notions nouvelles (polynômes de degré 2 ou 3, suites, dérivées). La plupart de ces notions peuvent être présentées à partir de contextes familiers aux élèves (emprunts, placements, coûts, vitesses…) ou de représentations fournies par les outils numériques (calculatrice, tableur, logiciel de géométrie dynamique) avant d’être définies de manière formelle et générale. Cette démarche inductive facilite l’accès progressif à l’abstraction qui est l’un des enjeux de l’enseignement des mathématiques au cycle terminal. La mise en application des modèles d’analyse étudiés, tant dans des situations internes qu’externes aux mathématiques, permet à la fois de consolider les habiletés en calcul, de développer les capacités de raisonnement et d’étudier des systèmes évolutifs de différentes natures. Cette partie du programme s’organise autour de trois grands axes :
  • les suites numériques comme modèles mathématiques d’évolutions discrètes ;
  • les fonctions numériques de la variable réelle comme modèles mathématiques d’évolutions continues ;
  • la dérivation comme concept mathématique traduisant une évolution instantanée.

Suites numériques

Contenus

Les suites comme modèles mathématiques d’évolutions discrètes :
  • différents modes de génération d’une suite numérique ;
  • sens de variation ;
  • représentation graphique : nuage de points (n,u(n)).
Les suites arithmétiques comme modèles discrets d’évolutions absolues constantes (croissance linéaire) et les suites géométriques (à termes strictement positifs) comme modèles discrets d’évolutions relatives constantes (croissance exponentielle) :
  • relation de récurrence ;
  • sens de variation ;
  • représentation graphique.

Capacités attendues

  • Modéliser une situation à l’aide d’une suite.
  • Reconnaître si une situation relève d’un modèle discret de croissance linéaire ou exponentielle.
  • Calculer un terme de rang donné d’une suite définie par une relation fonctionnelle ou une relation de récurrence.
  • Réaliser et exploiter la représentation graphique des termes d'une suite.
  • Conjecturer, à partir de sa représentation graphique, la nature arithmétique ou géométrique d’une suite.
  • Démontrer qu’une suite est arithmétique ou géométrique.
  • Déterminer le sens de variation d’une suite arithmétique ou géométrique à l’aide de la raison.

Commentaires ou autres

  • L’utilisation d’un tableur pour calculer des termes d’une suite favorise la compréhension des différents modes de génération.
  • L’objectif est de modéliser des situations discrètes simples, choisies notamment en lien avec les autres enseignements de la série (évolution ou actualisation d’un capital, évolution d’une colonie bactérienne…).
  • En lien avec l’écriture fonctionnelle, on utilise la notation u(n) préalablement à celle de u n.
  • L’étude des suites arithmétiques et géométriques permet de comparer différents types de croissance.
  • En classe de première, il convient de faire fonctionner la définition par récurrence d’une suite géométrique ou arithmétique. L’expression en fonction de n du terme général est étudiée en classe terminale.
  • On s’attache à présenter des suites qui ne sont ni arithmétiques ni géométriques.
Situations algorithmiques (sauf série STD2A)
  • Calculer un terme de rang donné d’une suite, une somme finie de termes.
  • Déterminer une liste de termes d’une suite et les représenter.
  • Déterminer le rang à partir duquel les termes d'une suite sont supérieurs ou inférieurs à un seuil donné, ou aux termes de même rang d'une autre suite.

Fonctions de la variable réelle

Contenus

Les fonctions comme modèles mathématiques d’évolutions continues :
  • différents modes de représentation d’une fonction : expression littérale, représentation graphique ;
  • notations y=f(x) et xf(x) ;
  • taux de variation, entre deux valeurs de la variable x, d’une grandeur y vérifiant y=f(x) ;
  • fonctions monotones sur un intervalle, lien avec le signe du taux de variation.
Fonctions polynômes de degré 2 :
  • représentations graphiques des fonctions : xax 2 , xax 2+b, xa(xx 1)(xx 2) ;
  • axes de symétrie ;
  • racines et signe d’un polynôme de degré 2 donné sous forme factorisée (le calcul des racines à l’aide du discriminant ne figure pas au programme).
Fonctions polynômes de degré 3 :
  • représentations graphiques des fonctions :xax 3 , xax 3+b ;
  • racines et signe d’un polynôme de degré 3 de la forme xa(xx 1)(xx 2)(xx 3) ;
  • équation x 3=c ; racine cubique d’un nombre réel positif ; notations c 13 et c3.

Capacités attendues

  • Modéliser la dépendance entre deux grandeurs à l’aide d’une fonction.
  • Résoudre graphiquement une équation du type f(x)=k ou une inéquation de la forme f(x)<k ou f(x)>k.
  • interpréter le taux de variation comme pente de la sécante à la courbe passant par deux points distincts.
  • Associer une parabole à une expression algébrique de degré 2, pour les fonctions de la forme : xax 2 , xax 2+b, xa(xx 1)(xx 2).
  • Déterminer des éléments caractéristiques de la fonction xa(xx 1)(xx 2) (signe, extremum, allure de la courbe, axe de symétrie...).
  • Vérifier qu’une valeur conjecturée est racine d’un polynôme de degré 2ou 3.
  • Savoir factoriser, dans des cas simples,une expression du second degré connaissant au moins une de ses racines.
  • Utiliser la forme factorisée (en produit de facteurs du premier degré)d’un polynôme de degré 2 ou 3 pour trouver ses racines et étudier sonsigne.
  • Résoudre des équations de la forme x 2=c et x 3=c , avec c positif.

Commentaires ou autres

  • Les fonctions polynômes de degré 2 ou 3 fournissent des occasions de pratiquer le calcul numérique (image d’un nombre donné) et littéral (développement, factorisation) et de travailler sur les représentations graphiques. Les connaissances sont mobilisées sur les translations.
  • Les exemples prennent appui sur des situations réelles (impôts, hauteursde marée, tarifsde courrier, évolution de l’émission de CO 2...) et internes aux mathématiques (problèmes d’optimisation dans un cadre géométrique...).
  • Le professeur utilise différentes notations pour la variable : t ,u... et habitue les élèves à lire des graphiques reliant une grandeur y à une grandeur composée (x 2, 1x...), ce qui permet notamment de donner sens à l’expression «grandeurs inversement proportionnelles».
  • La notion de nombre dérivé est introduite à l'aide du taux de variation. Le signe de la dérivée constituera ultérieurement l’outil efficace pour étudier les variations d’une fonction. Il convient donc de limiter les calculs de taux de variation à quelques exemples simples, comme celui de la fonction carré entre x 1 et x 2, qui fournit l’occasion d’utiliser la factorisation de x 2 2x 1 2.
  • La recherche systématique des racines d’un polynôme de degré 2 ne figurant pas au programme, on privilégie les situations où les racines sont évidentes ainsi que les interprétations graphiques. En cas de besoin, la résolution d’une équation du second degré peut se faire à l’aide d’un solveur.
Situations algorithmiques(sauf série STD2A)
  • Calculer une valeur approchée d’une solution d’une équation par balayage.

Dérivation

Contenus

Point de vue local approche : graphique de la notion de nombre dérivé :
  • sécantes à une courbe passant par un point donné ; taux de variation en un point ;
  • tangente à une courbe en un point, définie comme position limite des sécantes passant par ce point ;
  • nombre dérivé en un point défini comme limite du taux de variation en ce point ;
  • équation réduite de la tangente en un point.
Point de vue globa
  • fonction dérivée ;
  • fonctions dérivées de : xx 2 , xx 3 ;
  • dérivée d’une somme, dérivée de kf (k), dérivée d’un polynôme de degré inférieur ou égal à 3 ;
  • sens de variation d’une fonction, lien avec le signe de la dérivée ;
  • tableau de variations, extremums.

Capacités attendues

    Interpréter géométriquement le nombre dérivé comme coefficient directeur de la tangente.
  • Construire la tangente à une courbe en un point.
  • Déterminer l’équation réduite de la tangente à une courbe en un point.
  • Calculer la dérivée d’une fonction polynôme de degré inférieur ou égal à trois.
  • Déterminer le sens de variation et les extremums d’une fonction polynôme de degré inférieur ou égal à 3.

Commentaires ou autres

  • La notion de nombre dérivé gagne à être illustrée dans des contextes variés :
    • dans le cadre d’un mouvement rectiligne, il est possible d’interpréter le taux de variationde la position du point mobile entre deux instants comme une vitesse moyenne et le nombre dérivé comme une vitesse instantanée ;
    • dans un cadre économique, le nombre dérivé est relié au coût marginal.
  • À l’aide d’un logiciel de géométrie dynamique, on visualise la position limite des sécantes à une courbe en un point.
  • Il est recommandé de ne pas donner la définition formelle de la notion de limite et de s’en tenir à une approche intuitive à partir d’exemples. Le vocabulaire et la notation correspondants sont introduits à l’occasion du travail sur la notion de nombre dérivé.
  • Il est possible dedémontrer que la dérivée d’une fonction monotone est de signe constant. La réciproque (admise) s’appuie sur l’interprétation géométrique du nombre dérivé comme coefficient directeur de la tangente.

Statistiques et probabilités

Présentation

Cette partie s’intéresse aux couples de variables catégorielles. L’internet fournit en effet de nombreux fichiers qui traitent des données liées aux individus et proposent des unités statistiques (pays, plantes, animaux, villes…) organisées selon différentes caractéristiques (sexe, espèce, catégorie socioprofessionnelle, tranche de revenus…) qu’il est intéressant de croiser. Premier contact avec les bases de données, le traitement statistique de fichiers est une activité riche et formatrice qui pourra être réinvestie par les élèves dans des projets en lien avec les enseignements de spécialité en vue de l’épreuve orale terminale. En probabilités, la notion de probabilité conditionnelle par analogie avec celle de fréquence conditionnelle est introduite. On travaille sur les modèles associés à des expériences aléatoires à plusieurs épreuves indépendantes. La simulation est une composante importante de l’apprentissage des probabilités au cycle terminal. Elle permet d’observer la fluctuation d’échantillonnage et de traiter des situations fréquemment rencontrées dans la vie sociale (sondages d’opinion, données socioéconomiques, jeux de hasard…) ou en sciences expérimentales (incertitude de mesure), tout en se prêtant à des activités de programmation instructives.

Croisement de deux variables catégorielles

Contenus

  • Tableau croisé d’effectifs.
  • Fréquence conditionnelle, fréquence marginale.

Capacités attendues

  • Calculer des fréquences conditionnelleset des fréquences marginales.
  • Compléter un tableau croisé par des raisonnements sur les effectifs ou en utilisant des fréquences conditionnelles.

Commentaires ou autres

  • L’étude des fréquences conditionnelles permet un travail sur la languefrançaise en considérantles formulations usuellement utilisées dans les médias.
  • Des variables catégoriellesde natures diversessont étudiées : nominale (profession,espèce, département de résidence...), ordinale (niveau d’étude, degré de satisfaction de la clientèle...) ou définies par des intervalles (classe d’âge, temps de transport...).
  • Les élèves travaillentavec des données réelles dans des domaines variés (sécurité routière, démographie, économie, agronomie...).
  • Au moins un traitement statistique de fichier de données individuelles anonymes est proposé, issu par exemple du web (OpenData...).
Situations algorithmiques(sauf série STD2A)
  • À partir de deux listes représentant deux caractères d'individus, déterminer un sous-ensemble d'individus répondant à un critère (filtre, utilisation des ET, OU, NON).
  • Dresser le tableau croisé de deux variables catégorielles à partir du fichier des individus et calculer des fréquences conditionnelles ou marginales.

Probabilités conditionnelles

Contenus

  • Probabilité conditionnelle ; notation P A(B).

Capacités attendues

  • Calculer des probabilités conditionnelles lorsque les événements sont présentés sous forme de tableau croisé d’effectifs.

Commentaires ou autres

  • On explicite l’expérience aléatoire sous-jacente qui consiste à prélever au hasard un individu dans la population étudiée.
  • Il s’agit, en classe de première, de transposer aux probabilités conditionnelles le travail sur les fréquences conditionnelles, en calculant la probabilité de B sachant A sous la forme : P A(B)=P(AB)P(B).
    La représentation à l’aide d’un arbre de probabilités et la formule des probabilités totales relèvent du programme de la classe terminale.
  • Des situations issues de différents domaines (économique, industriel, médical...) sont proposées. Ce travail permet notamment de donner du sens au vocabulaire des tests diagnostiques : faux positifs, faux négatifs, spécificité et sensibilité d’un test.

Modèle associé à une expérience aléatoire à plusieurs épreuves indépendantes

Contenus

  • Probabilité associée à une expérience aléatoire à deux épreuves indépendantes.
  • Probabilité associée à la répétition d’épreuves aléatoires identiques et indépendantes de Bernoulli.

Capacités attendues

  • Représenter par un arbre de probabilités une expérience aléatoire à deux épreuves indépendantes et déterminer les probabilités des événements associés aux différents chemins.
  • Représenter par un arbre de probabilités la répétition de n épreuves aléatoires identiques et indépendantes de Bernoulli avec n4 afin de calculer des probabilités.

Commentaires ou autres

  • Par analogie avec les calculs de proportions de proportions, l’élève perçoit que le modèle adapté à une expérience à deux épreuves indépendantes est celui de la probabilité produit.
  • Pour la répétition d’épreuves de Bernoulli, on retient que le modèle adapté est celui pour lequel la probabilité de la liste des résultats représentéepar un chemin est le produit des probabilités figurant surchaque arête.

Variables aléatoires

Contenus

  • Variable aléatoire discrète : loi de probabilité, espérance.
  • Loi de Bernoulli (0,1) de paramètre p, espérance.

Capacités attendues

  • Interpréter en situation les écritures {X=a}, {Xa}X désigne une variable aléatoire et calculer les probabilités correspondantes P(X=a), P(Xa).
  • Calculer et interpréter en contexte l'espérance d'une variable aléatoire discrète.
  • Reconnaître une situation aléatoire modélisée par une loi de Bernoulli.
  • Simuler N échantillons de taille n d’une loi de Bernoulli et représenter les fréquences observées des 1 par un histogramme ou un nuage de points.
  • Interpréter sur des exemples la distance à p de la fréquence observée des 1 dans un échantillon de taille n d’une loi de Bernoulli de paramètre p.

Commentaires ou autres

  • On s’abstient de tout formalisme sur les variables aléatoires. Elles sont essentiellement manipulées en contexte pour modéliser des situations dans lesquelles les issues sont des nombres aléatoires.
  • La simulation d'échantillons de taille n d'une loi de Bernoulli de paramètre p permet d’observer la fluctuation d’échantillonnage.
  • Sur des simulations de N échantillons (N de l’ordre de plusieurs centaines), on évalue le pourcentage d’échantillons dont la fréquence observée des 1 se situe à une distance s, 2s ou 3s de p où s désigne l’écart-type de la série des fréquences observées. Sans développer de théorie de décision ou de test, et en prenant appui sur des simulations et des représentations (histogramme, nuage de points), on fait percevoir, pour une observation donnée, la diversité des interprétations possibles de la distance à p (paramètre du modèle) de la fréquence des 1 : situation fréquente ou situation rare dans le cadre du modèle.
  • Sur des simulations, on constate que la série des fréquences observées des 1 dans (N échantillons de taille n d’une loi de Bernoulli a un écart-type de l’ordre de 1n. Pour plusieurs valeurs de n on représente 1n en abscisse et, en ordonnée, l’écart-type s des fréquences observées des 1 dans(N échantillons (plusieurs centaines) de taille n. On peut commenter ce résultat en observant que pour diviser la dispersion par k il faut multiplier la taille de l’échantillon par k 2.
Situations algorithmiques(sauf série STD2A)
  • Simuler des échantillons de taille n d’une loi de Bernoulli à partir d’un générateur de nombres aléatoires entre 0 et 1.
  • Représenter par un histogramme ou par un nuage de points les fréquences observées des 1 dans N échantillons de taille n d’une loi de Bernoulli.
  • Compter le nombre de valeurs situées dans un intervalle de la forme [pks;p+ks] pour k{1;2;3}.

This page is not in its usual appearance because WIMS is unable to recognize your web browser.
In order to access WIMS services, you need a browser supporting forms. In order to test the browser you are using, please type the word wims here: and press ``Enter''.

Please take note that WIMS pages are interactively generated; they are not ordinary HTML files. They must be used interactively ONLINE. It is useless for you to gather them through a robot program.